Accueil Informations et conseils Tout savoir sur la SCPI (Société Civile de Placement Immobilier), le placement attrayant de la pierre papier
Organisation Patrimoniale

Tout savoir sur la SCPI (Société Civile de Placement Immobilier), le placement attrayant de la pierre papier

Pour beaucoup d’épargnants, la priorité est de se constituer une épargne performante et sûre. Investir dans une SCPI peut s'averer une bonne solution dans une stratégie de diversification de ses investissements.

Quel est la rentabilité d’une SPCI ?

La souscription de parts de SCPI permet de répondre à cette demande en offrant un niveau de rentabilité plutôt attractif de l’ordre de 4 à 4,5% par an et à faible risque. Ainsi, la SCPI est idéale pour s’assurer un complément de revenus.

Quel sont les contraintes d’une SCPI ?

Vous n’avez rien à gérer, puisque c’est le gestionnaire du portefeuille de la SCPI qui s’occupe de tout. La SCPI permet notamment à l’épargnant d’éviter toute contrainte liée à la gestion locative. En effet, le propriétaire d’un logement loué devra faire face à de nombreuses difficultés tant financières qu’administratives : travaux, fiscalité, absence de loyers lorsque le logement est vacant, etc.., alors que le souscripteur de parts de SCPI va encaisser son dividende tous les trimestres.

Quel sont les risques d’une SCPI ?

S’agissant d’un portefeuille constitué de biens immobiliers, il existe un risque évident lié à la bonne forme du secteur immobilier et de la dynamique économique ou sont situés les biens immobiliers du portefeuille. Mais en investissant dans une SCPI, l’épargnant va en effet investir dans un parc immobilier et non pas dans un bien déterminé, et les investissements des SCPI sont assez diversifiés de sorte qu’il n’y a pas d’absence de revenus à déplorer sur certaines périodes mais seulement une variation des dividendes perçus selon le taux d’occupation des immeubles.

La SPCI est-elle financièrement accessible à tous ?

Ce produit de placement est accessible à partir de montants modestes alors que l’achat d’un bien immobilier, notamment dans les grandes villes, requiert de mobiliser des sommes très importantes. L’épargnant va ainsi pouvoir se constituer un patrimoine de manière progressive, d’autant que l’on peut souscrire à des parts de SCPI à crédit, ce qui est particulièrement intéressant dans le contexte actuel où les taux d’emprunt sont relativement bas et dans tous les cas très faibles par rapport au rendement du placement. De plus, on peut aller plus loin en plaçant ses parts de SCPI dans une assurance-vie ; les parts de SCPI vont alors se substituer aux traditionnels fonds en euros dont la rentabilité ne cesse de décliner d’année en année.

De quels types de biens est constitué une SCPI ?

Investir dans une SCPI permet de diversifier son placement. En effet, les épargnants souhaitant investir dans l’immobilier ont souvent tendance à investir dans le logement résidentiel, or, l’immobilier tertiaire peut également être très intéressant et très varié : centres commerciaux, bureaux, écoles, hôtels, maisons de retraite ou encore cliniques. Par ailleurs, il est également conseillé aux épargnants de diversifier leurs placements au niveau géographique en investissant dans différentes régions voire pays.

Existe-il des montages juridiques intéressant pour investir dans une SCPI ?

Il est possible de souscrire des parts de SCPI en démembrement. Ainsi, l’épargnant ne va dans un premier temps acquérir que la nue-propriété des parts de SCPI et ainsi acquérir le bien à un prix attractif pouvant aller jusqu’à 30% de décote par rapport à sa valeur en pleine-propriété. Pendant la durée de ce démembrement, allant de 5 à 15 ans, l’épargnant ne percevra pas de revenus, ils seront distribués à l’usufruitier des parts de SCPI. A la fin du démembrement, le nu-propriétaire récupèrera la pleine-propriété des parts et percevra les dividendes y afférent. Ce montage est particulièrement intéressant pour les personnes qui souhaitent anticiper leur retraite en n'alourdissant pas leur assiette fiscale en fin de carrière et en faisant coïncider la fin du démembrement avec leur départ à la retraite pour bénéficier de revenus complémentaires, objectif particulièrement recherché afin de compenser la perte de revenus et ainsi maintenir leur niveau de vie.