Accueil Informations et conseils Ouvrir un gîte rural : Quelles sont les règles juridiques et fiscales à respecter ?
Investissement locatif

Ouvrir un gîte rural : Quelles sont les règles juridiques et fiscales à respecter ?

Ouvrir un gîte rural est un rêve pour bon nombre de français, qu’ils soient actifs ou à la retraite. Cette activité leur permet en effet de valoriser leur patrimoine immobilier en augmentant leurs revenus, et cela peut même devenir une véritable activité professionnelle.

Qu’est-ce qu’un gîte rural ?

Le gîte rural est un meublé de tourisme situé à la campagne dans une habitation indépendante, souvent représentative de l’architecture régionale.

Il se distingue de la chambre d’hôtes qui est une chambre meublée chez l’habitant qui assure l’accueil de ses hôtes, leur fournit le linge de maison et leur sert le petit-déjeuner.

Si leur fonctionnement diffère, ces deux activités sont cependant semblables juridiquement et fiscalement.

Quel sera le statut du loueur ?

L’activité de loueur en meublé en tourisme peut être exercée à titre particulier ou à titre professionnel si les revenus de la location dépassent 23 000 €/an ou constituent plus de la moitié des revenus perçus par le loueur. Cette activité commerciale peut s’exercer en choisissant le régime de l’auto-entrepreneur ou bien un régime sociétal (SASU, SAS, SARL, etc) (voir article : Créer son entreprise). Il sera souvent recommandé de choisir une forme de société à responsabilité limitée comme l’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) afin de protéger son patrimoine personnel.

Cette activité peut également venir en complément d’une autre activité, c’est le cas de l’agrotourisme par exemple où les hôtes séjournent à la ferme. L’activité du gîte sera alors considérée comme agricole, à condition que les produits provenant de l’exploitation agricole (fromages, miel, confiture, fruits et légumes, etc) soient proposés aux touristes.

Quelles formalités faut-il remplir pour créer un gîte rural ?

Avant son ouverture, le loueur devra déclarer le meublé de tourisme à la mairie de la commune où se situe le gîte. S’il s’agit d’une activité professionnelle, il devra s’immatriculer au RCS (Registre du Commerce et des Sociétés), sous peine de perdre les avantages fiscaux découlant du statut de loueur en meublé professionnel.

Par ailleurs, il peut être nécessaire de demander des autorisations d’urbanisme si l’on transforme des bâtiments existants en gîte ou si l’on décide de créer une extension.

N’hésitez pas à consulter votre notaire qui saura pour conseiller au mieux si vous envisagez d’ouvrir un gîte rural ou une chambre d’hôtes.